Pub

AVC > SANTé   Bookmark and Share   Abonnement au flux RSS d'Yvelines radio

UN ESPOIR POUR LES VICTIMES DE L'AVC (Partenaire : MéNAGES PRéVOYANTS)


Fichier audio MP3 :
Archives MP3 d'Yvelines Radio
consulter les archives

Cette semaine, notre chronique santé est consacrée à l’accident vasculaire cérébral, encore appelé AVC. - Jean-Charles LECOURT (Yvelines Radio).


L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, est un trouble aigu de la circulation du sang dans le cerveau. Il peut entraîner l’arrêt d’une ou de plusieurs fonctions cérébrales, et provoquer hémiplégie ou aphasie.

Une nouvelle méthode combinant 2 techniques existantes est plus efficace pour la prise en charge en urgence d'un AVC. Cette nouvelle approche, utilisée par l'équipe du Professeur Amarenco, chef du Centre d'accueil et de traitement de l'attaque cérébrale de l'hôpital Bichat à Paris, a été présentée dans le numéro de septembre de la revue Lancet neurology.

Cette nouvelle approche française a permis, selon la publication en ligne avancée de cette étude, la guérison de 46 patients sur les 53 traités (87 %), tandis que seuls 52 % des patients traités par thrombolyse seule ont été sauvés. Un espoir pour les 10 millions de personnes touchées dans le monde par cette pathologie très lourde. En pratique, cette méthode consiste à combiner les deux techniques qui existent actuellement pour traiter les AVC. La première, appelée thrombolyse donc, consiste à injecter par voie intraveineuse un médicament qui dissout le caillot situé dans le cerveau et bouchant l'artère cérébrale.

La seconde méthode a le même principe, c'est-à-dire dissoudre le caillot, sauf que pour cela, les médecins enfilent un cathéter pour remonter au plus près du caillot. Plus efficace que l'autre, puisqu'elle permet de sauver de 60 % à 70 % des malades, son inconvénient réside dans le temps qu'elle prend au médecin puisqu'il lui faut prendre le temps d'installer correctement le cathéter.
Ainsi, la méthode présentée par l'équipe de l'hôpital Bichat, a l'avantage de combiner la rapidité de l'une et l'efficacité de l'autre ; le patient atteint d'un AVC reçoit dès qu'il arrive le traitement thrombolytique en intraveineuse et en parallèle, son artère fémorale est ponctionnée pour monter le cathéter au niveau du caillot.

Néanmoins, il reste toujours essentiel d'agir au plus vite et au plus tard, 3 h 30 après l'attaque. C'est pourquoi il est primordial de prévenir les secours au plus vite si une personne semble avoir une attaque. Les symptômes de l'AVC sont généralement des difficultés d'élocution, voire une impossibilité de parler, de bouger, de rester debout, des troubles visuels...

Si la personne présente un seul de ces symptômes, prévenez les secours au plus vite en détaillant les symptômes. Si le moindre doute vous assaille, sachez que le Samu des Yvelines est joignable au 15 bien sûr, ou au 01 39 63 91 33. Il se trouve 177 rue de Versailles à Le Chesnay.

Sources : The Lancet Neurology, Septembre 2009, abstract. Le 24 août 2009


Rédigé le 04-09-2009 à 04-09-2009 par Jean-Charles LECOURT (Yvelines Radio).
Partenaire : MéNAGES PRéVOYANTS.
Ecrire un commentaire
Document sans titre
En apprendre plus ActusCartesWikipedia FranceImagesYouTubeVideosLivresRoue magiqueRecevoir les alertes par emailArticles de recherchesGoogleBlogsDiscussionsTraductions




 >> Tous les articles >>