Pub

PORCHEVILLE > EMPLOI   Bookmark and Share   Abonnement au flux RSS d'Yvelines radio

LES SALARIéS DE SANOFI-AVENTIS S'EXPRIMENT


Fichier audio MP3 :
Archives MP3 d'Yvelines Radio
consulter les archives

Cette semaine, notre chronique emploi est consacrée à l'évolution du conflit social sur le site de Sanofi-Aventis à Porcheville. - Jean-Charles LECOURT (Yvelines Radio).


Nous commencerons par un petit rappel des faits. Le ministre de l'Industrie du gouvernement Fillon 2, Mr ESTROSI, s'est rendu mercredi 5 août sur le site de Sanofi-Aventis à Porcheville pour assurer les 220 salariés de la pérennité de l'activité du site spécialisé dans la chimie et la toxicologie. Le groupe pharmaceutique, qui a annoncé fin juillet pour le deuxième trimestre 2009 une hausse de 4,9% de son bénéfice net, soit à un peu plus de 1 milliard d'euros, prévoit la fermeture de quatre sites sur 14 en France. Celui de Porcheville cherche donc activement un repreneur.

Les salariés, soutenus par leurs délégués syndicaux CFDT et CFTC, ont donc communiqué leur point de vue :

Ils considèrent que la visite de Mr ESTROSI n'a pour l'instant rien réglé. Ils sont inquiets de l’inflexibilité de la Direction à n’envisager que des solutions externes au groupe et rappellent qu’il existe peu d’exemples de cession de site dans le secteur de la Pharmacie, en Europe. Ils ont remis un mémorandum avec des propositions au ministre et sont soulagés que les Pouvoirs Publics s’engagent dans ce dossier. Ils souhaitent que cette intervention ministérielle soit décisive, à l’image de celle du ministre de l’Economie et des Finances Mr SARKOZY au moment de la fusion entre Sanofi-Synthélabo et Aventis en 2004. Ils attendent donc maintenant des actes et n’envisagent pas que ce dossier « traîne » jusqu’en 2011.

Contrairement à ce qu’a déclaré Mr LAJOUX, président de Sanofi-Aventis en France, la baisse d’activité de 30% touche l'ensemble du secteur recherche et développement, et pas seulement le site de Porcheville. La revue du portefeuille de molécules en développement fin avril 2009 et la décision de stopper plusieurs projets expliquent en partie cette baisse qui impactent tous les sites de R&D.
Les salariés sont également troublés de lire que leurs activités sont à la fois placées sous le sceau de « l’excellence » mais « obsolètes », toujours selon Mr LAJOUX.
Ils considèrent que le virage des biotechnologies est une bonne chose, qu’ils sont prêts à y prendre leur part mais doutent que ce virage puisse régler la totalité des défis à relever, comme l’a d’ailleurs souligné le ministre.
Enfin, la Direction indique que « généralement, les repreneurs s’engagent sur leur politique sociale » et ce seul argument n’est apparemment pas de nature à rassurer les salariés.

Pour finir, les salariés de Sanofi-Aventis R&D-Porcheville se disent déterminés et continuent à considérer que la Direction de sanofi-aventis peut et doit renoncer à ce projet de cession. Ils l’appellent à réfléchir sérieusement à d’autres solutions, comme une reconversion ou une diversification des activités du site, qui permettront aux salariés de rester au sein du Groupe.

Le conflit n'est donc pas en passe d'être résolu. Les deux partis vont pourtant devoir trouver un terrain d'entente. Espérons que syndicats et patronats sauront faire en sorte que tout le monde y trouve son compte.


Rédigé le 28-08-2009 à 28-08-2009 par Jean-Charles LECOURT (Yvelines Radio).
Ecrire un commentaire
Document sans titre
En apprendre plus ActusCartesWikipedia FranceImagesYouTubeVideosLivresRoue magiqueRecevoir les alertes par emailArticles de recherchesGoogleBlogsDiscussionsTraductions




 >> Tous les articles >>