Pub

BILLET D'HUMEUR > SORTIES à PARIS   Bookmark and Share   Abonnement au flux RSS d'Yvelines radio

RIEN N'EST PLUS COMME AVANT, MA BONNE DAME !







Télécharger le PodCast : RIEN N'EST PLUS COMME AVANT, MA BONNE DAME !

Voir l'affiche :

Télécharger le PodCast "RIEN N'EST PLUS COMME AVANT, MA BONNE DAME !"
Affiche

Le confinement incite à la nostalgie... - SORTIES A PARIS (Yvelines Radio).


Non rien n'est plus comme avant, ma bonne dame !



Bientôt Noël, pas moyen de trouver un sapin Épicéa, il n'y a plus que des Nordmann à vil prix.


Le premier perdait ses épines mais embaumait le salon de mon enfance et de celle de mes filles.

Le second n'a pas d'âme...




J'aimais beaucoup les croissants ordinaires, ils sont devenus introuvables, on n'a plus que des croissants au beurre, de moins en moins élaborés par le boulanger, c'est comme ces gâteaux trop semblables pour être honnêtes....





Avant on pouvait régler soi même un problème mécanique de base, maintenant il faut une valise numérique à brancher pour déceler la panne.

Les talentueux mécaniciens d'autrefois n'existent presque plus.



Avant, on allait à la mairie de son arrondissement et on en ressortait avec une carte grise ou sa nouvelle pièce d'identité.

Maintenant, il faut un mois d'attente





Rien n'est plus comme avant, ma bonne Dame !
Entre 1970 et 2020, le nombre des pompes à essence parisiennes a été divisé par 18.

En 1970, je faisais le plein de Super à 1,30 Franc le litre, aujourd'hui le sans-plomb 98 de mon scooter est à 1,40€ .


Où sont les chauffeurs de taxi qui connaissaient Paris par cœur?

Aujourd'hui c'est à peine s'ils parlent français et ils sont aux ordres de leur Gps.




Autrefois, il y avait des concierges qui rendaient des petits services, et entretenaient la cage d'escalier avec soin, mettaient le courrier sous la porte...Elles ont été remplacées par des interphones.



Où sont les tartes d'antan?



Et quel régal les escargots de ma grand-mère, des heures de préparation après une nuit à dégorger dans du sel.... Rien à voir avec les pâles copies dans les enseignes de surgelés.




Quel dommage ne plus déguster la saveur des pizzas des années 60-70, aussi bonnes qu'à Naples et cuisinées par de vrais italiens.

Impossible d'en trouver une "vraie" à Paris, et dans les cuisines il n'y a plus que des Pakistanais en mal de vendre des roses.



Je préfère m'arrêter là, le confinement m'incite à une liste de regrets bien trop longue...



2020 année noire, vivement 2021, voire la suivante...



Robert BONNARDOT

5 Décembre 2020

Copyright Robert Bonnardot - 5 Décembre 2020


Rédigé le 05-12-2020 à 05-12-2020 par SORTIES A PARIS (Yvelines Radio).
Ecrire un commentaire
Document sans titre
En apprendre plus ActusCartesWikipedia FranceImagesYouTubeVideosLivresRoue magiqueRecevoir les alertes par emailArticles de recherchesGoogleBlogsDiscussionsTraductions




 >> Tous les articles >>