Pub

PLAISIR > BREVE > Danse   Bookmark and Share   Abonnement au flux RSS d'Yvelines radio

éLéGANCE, GRâCE ET RIGUEUR , TELS SONT LES MOTS D'ORDRE DES DANSEURS DU BALLET DE PERM LES BALLETS DE PERM : UNE ENVOûTANTE INVITATION EN RUSSIE








L’Opéra National Tchaïkovski est venu vendredi 5 février au Théâtre Espace Coluche pour une exceptionnelle représentation de ses ballets russes. - Vanessa FERRERE (Yvelines Radio).


éLéGANCE, GRâCE ET RIGUEUR , TELS SONT LES MOTS D'ORDRE DES DANSEURS DU BALLET DE PERML’Opéra National Tchaïkovski est venu vendredi 5 février au Théâtre Espace Coluche pour une exceptionnelle représentation de ses ballets russes. Cette manifestation a été organisée dans le cadre de l’année France-Russie. Quelques chanceux ont eu le privilège de découvrir les talents des danseurs du Ballet de Perm.

21 heures, le Théâtre Espace Coluche est plein à craquer. Pas un seul siège de libre. Les gens parlent, impatients de profiter d’un spectacle qui restera un enchantement. Les lumières se baissent dans la salle pour laisser place aux prouesses des danseurs.

Venus de la grande Russie, ces danseurs classiques ont repris les célèbres Ballets russes de Serge Diagilev. "Les Sylphides", "Le Spectre de la rose", "Les Danses Polovtsiennes", "Sérénade", ces quatre ballets ont subjugué le public. Ports de bras impériaux, envols légers, les moindres gestes étaient à la fois réalisés avec la discipline inévitable du danseur classique et avec une grâce sans précédent.

Emerveillées par le spectacle, Laura et Claire Dréot auraient voulu qu’il ne se termine jamais. « Nous pratiquons la danse classique depuis l’âge de 4 ans et voir les Ballets russes est une immense satisfaction », racontent les deux adolescentes. « Ce soir, la troupe de Perm a rivalisé d’excellence ».

Outre les prouesses des danseurs, la mise en scène a littéralement conquis le public. Les musiques et les costumes des "Danses Polovtsiennes" ont transporté le Théâtre Espace Coluche dans un folklore qui rappelle toute la richesse des peuples russes. On se retrouve alors en plein cœur de l’Asie centrale, parmi les tentes dressées et les feux qui montent dans le soir. « J’ai été transporté dans un véritable tourbillon de couleurs. C’était magnifique. Professionnalisme et bon goût font toujours bon ménage », témoigne Claude Bréaut.

Les siècles passent, mais personne n’a oublié Serge Dialigev. Longtemps critiqué par ses pairs au XXe siècle, le travail de ce génie est aujourd’hui reconnu dans le monde entier. Vendredi 5 février au soir, les avis ont été unanimes. Plus de cent ans après leur premier ballet "Les Sylphides" au théâtre du Chatelet à Paris, les Ballets russes continuent de charmer.



Rédigé le 17-02-2010 à 17-02-2010 par Vanessa FERRERE (Yvelines Radio).
Ecrire un commentaire
Document sans titre
En apprendre plus ActusCartesWikipedia FranceImagesYouTubeVideosLivresRoue magiqueRecevoir les alertes par emailArticles de recherchesGoogleBlogsDiscussionsTraductions




 >> Tous les articles >>