Pub

PORCHEVILLE > CHRONIQUE ECONOMIE   Bookmark and Share   Abonnement au flux RSS d'Yvelines radio

PLAN SOCIAL CHEZ SANOFI-AVENTIS : "RIEN N'EST RéGLé" SELON LES SALARIéS


Fichier audio MP3 :
Archives MP3 d'Yvelines Radio
consulter les archives

Trois semaines après la visite de Christian Estrosi, ministre de l'Industrie sur le site des Yvelines, les salariés font part de leur inquiétude quant au maintien incertain de l'activité du site. - Laura GAUTIER (Yvelines Radio).


Le 26 août 2009, les salariés et élus du CE Sanofi-Aventis Porcheville (près d'Epône) font le point sur la situation du site trois semaines après la visite du Ministre de l'Industrie. Pour eux, aucune solution n'a encore satisfait les exigences sociales du groupe.

Communiqué de presse des salariés de Sanofi-aventis, site de Porcheville :
" Suite à la visite de Mr ESTROSI, Ministre de l’Industrie, sur leur site le 5 aout dernier, les salariés de Sanofi-Aventis R&D considèrent que rien n’est réglé. Ils sont inquiets de l’inflexibilité de la Direction à n’envisager que des solutions externes au groupe et rappellent qu’il existe peu d’exemples de cession de site en R&D dans le secteur de la Pharmacie, en France.
Ils ont remis un mémorandum avec des propositions au ministre et sont soulagés que les Pouvoirs Publics s’engagent dans ce dossier. [Ils souhaitent que cette intervention ministérielle soit décisive, à l’image de celle du ministre de l’Economie et des Finances Mr SARKOZY au moment de la fusion entre Sanofi-Synthélabo et Aventis en 2004. Ils attendent donc maintenant des actes et n’envisagent pas que ce dossier « traîne » jusqu’en 2011.
Contrairement à ce qu’a déclaré Mr LAJOUX, président de Sanofi-Aventis en France, la baisse d’activité de 30% touche l’ensemble de la R&D et pas seulement le site de Porcheville,
ainsi que l’avait confirmé Mr CLUZEL, senior vice-président de la R&D, lors de la réunion avec les salariés le 28 juillet dernier. La revue du portefeuille de molécules en développement fin avril 2009 et la décision de stopper plusieurs projets expliquent en partie cette baisse qui impactent tous les sites de R&D.
Les salariés sont également troublés de lire que leurs activités sont à la fois placées sous le sceau de « l’excellence » mais « obsolètes », toujours selon Mr LAJOUX.
Les salariés considèrent que le virage des biotechnologies est une bonne chose et qu’ils sont prêts à y prendre leur part. Ils s’étonnent que la Direction présente la cession de leur site comme une condition sine qua non pour prendre ce virage qui, par ailleurs, ne réglera pas la totalité des défis à relever, comme l’a d’ailleurs souligné le ministre.
Par ailleurs, la Direction indique que « généralement, les repreneurs s’engagent sur leur politique sociale » ; ce seul argument n’est pas de nature à rassurer les salariés de Porcheville. Quel repreneur prendrait à sa charge, au détriment de ses intérêts propres, les exigences sociales particulièrement élevées du groupe Sanofi-Aventis ? Dans de telles circonstances, des « contreparties » généreuses affecteront très certainement la pérennité du site et des emplois.Dans ce domaine, les promesses n’engagent le plus souvent que ceux qui les croient.
Les salariés de Porcheville craignent un scénario identique à l'affaire "Instimed", laboratoire de recherches en pharmacie et toxicologie, installé depuis 1984 à Saint-Pierre-des-Corps et ancienne propriété des Laboratoires Pierre Fabre. Après avoir été cédé en 2007 à Eurofins, ce laboratoire a finalement été mis en liquidation judiciaire en avril 2009.
Enfin, Mr Jean-François DEHECQ, président du Conseil d’Administration et « patron » emblématique du groupe a également été interpellé par courrier électronique le 27 juillet soit la veille du dernier CA du groupe au cours duquel des résultats semestriels supérieurs aux prévisions étaient publiés ! Les salariés de Porcheville se souviennent qu’il avait soutenu leur site en 1999 lors de la fusion entre Sanofi et Synthélabo et qu’il avait arbitré en faveur d’investissements lourds pour le maintenir à niveau au sein du Groupe.
Les salariés de Sanofi-Aventis R&D-Porcheville restent déterminés et continuent de considérer que la Direction de sanofi-aventis peut et doit renoncer à ce projet de cession. Ils l’appellent à réfléchir sérieusement à d’autres solutions (reconversion et diversification des activités du site) qui permettront aux salariés de rester au sein du Groupe sanofi-aventis, pour lesquels les valeurs de respect, solidarité, de courage ….ont un sens." Fin de citation


Rédigé le 28-08-2009 à 28-08-2009 par Laura GAUTIER (Yvelines Radio).
Ecrire un commentaire
Document sans titre
En apprendre plus ActusCartesWikipedia FranceImagesYouTubeVideosLivresRoue magiqueRecevoir les alertes par emailArticles de recherchesGoogleBlogsDiscussionsTraductions


COMMENTAIRES
Les informations qui suivent ont été filtrées par un modérateur afin d'éviter les abus. Néanmoins Yvelines Radio n'a pas vérifié ces informations, qui n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Auteur : ZIP
Titre : Quelles valeurs ?
Commentaire : Elles sont bien loin les valeurs d'un Groupe dont on se soucie comme d'une guigne des femmes et des hommes qui ont batis cette maison ... et de ceux - les besogneux- qui restent ... Seul Dehecq peut sauver l'ensemble, mais en a-t-il encore la force et les moyens ; la volonté sûrement ... Et il y en a tant qui veulent sa peau ... Il faut vite lui ouvrir les yeux avant la cata ...
Posté le :
13-09-2009


 >> Tous les articles >>